issachar

BIO    AGENDATES    MUSIQUE    PHOTOS    VIDEOS   
SPECTACLE    PRESSE    LIENS    CONTACT

jeudi 5 septembre 2013

Critique sur Jazzmagazine-Jazzman

Jazzmagazine-Jazzman / Franck Bergerot

C’est le co-responsable du Petit Label que l’on remarque d’abord, Pascal Vigier, batteur de l’album « au coin » d’Issachar : Simon Deslandes (tp, compositions), François Rondel (as), Julien Fleury (b). 
Un quartette qui a adouci sa première influence, Masada de John Zorn, par une approche moins discontinue et plus mélodique qui n’exclut pas le mordant libertaire.

lundi 2 septembre 2013

Critique sur culturejazz.fr

culturejazz.fr

Issachar « Au coin ». Petit Label 2013 PL Kraft 037

Un groupe bas-normand particulièrement en vue : à découvrir sans hésitation en tout cas ! 
Si les membres du quintet Renza Bô (autres bas-normands bien connus) se sont référés à l’origine au trompettiste Dave Douglas, ceux d’Issachar citent volontiers l’Acoustic Masada du saxophoniste américain John Zorn parmi leurs influences. Aujourd’hui, ils ont peaufiné un répertoire personnel aux titres savoureux et à la musique très goûtue et s’ils affectionnent les développements en plusieurs "mouvements", c’est qu’ils ont de la suite dans les idées et que ça ne tourne pas à vide. Dans ce contexte piégeux du quartet sans instrument harmonique, ils se montrent fort talentueux et imaginatifs, sachant moduler les climats comme des grands. Un nouveau phare pour éclairer les côtes du jazz, le long de la Manche et ailleurs. 
Retenez-bien ce nom, Issachar et écoutez (achetez) ce disque, une des fameuses "petites séries" du Petit Label.

Critique sur Musicologie.org

Musicologie.org / Alain Lambert

Issachar « Au coin ». Petit Label 2013 PL Kraft 037

Les morceaux du trompettiste, plus deux de l'alto, sont souvent construits comme des mini suites, où alternent les passages très écrits, les effets de fanfares, les solos ou les improvisations libres et collectives en dérapage contrôlé. Le sax tumultueux ou ondoyant et la trompette brillante ou grave s'accompagnent, se répondent avant de fusionner joyeusement. La contrebasse est bien présente aussi, souvent sobre et ronde entre deux riffs bien balancés. Et la batterie entre binaire et swing entretient cette énergie bariolée en la canalisant souplement. La seconde suite, en particulier, Big B is Back, permet à chacun, entre deux transitions écrites, d'affirmer sa couleur propre,

Les titres évoquent souvent la cuisine : Les Tapas de Jean Paul, Les Épinards, les Patates douces, et le fromage battu (Kick the Cheese, à l'humour un tantinet Dizzy Gillespien). La berceuse Dobro Mad'moiselle termine le disque en douceur.

Ayant présenté à Coutances pour Jazz sous les pommiers leur disque en compagnie d'un invité, Manu Piquery, aux claviers et à la table sonore, on aurait pu craindre qu'il manque une dimension instrumentale aux morceaux déjà entendus en quintet. Mais non, la prise de son de Christophe Menenteau, la cohérence du quartet, la chaleur du jeu collectif et individuel, sans oublier la pochette d'HubbubHum, font que ce disque se suffit complètement à lui-même et permet à tout un chacun de partager l'univers musical d'Issachar, en attendant bien sûr d'aller les écouter en concert.

dimanche 1 septembre 2013

Critique de Nicolas Béniès

Nicolas Béniès
Le titre générique, « Au coin », exprime sans nul doute la nécessité d’être des mauvais élèves de cette société qui a perdu les valeurs de solidarité, d’intégration, de dialogue pour être ensemble malgré nos différences. Cette musique regarde vers ce qui reste de fraternel, le jazz en particulier celui de John Zorn et surtout celui du trompettiste Dave Douglas qui vit désormais en France et a longtemps participé aux créations zorniennes.

L’influence est nette aussi des musiques klezmer que Zorn justement sait conjuguer au présent ainsi que toutes les musiques dites du monde pour signifier les cultures spécifiques existantes avec lesquelles il faut savoir dialoguer pour trouver de nouvelles voies.

Une musique qui devrait vous parler, qui démontre que le jazz n’est pas une musique d’intello vieillissant mais une musique de jeunes fait par des jeunes.

Il faut écouter cette musique. Elle est sans concession. Parfois un rien hermétique qui la rend réécoutable. Chaque musicien prend sa place, le trompettiste-compositeur, Simon Deslandes, le saxophoniste-compositeur, François Rondel, le contrebassiste Julien Fleury, maître du tempo pour permettre les envolées et le batteur Pascal Vigier jouant et se jouant du temps à la fois gage de stabilité et de cette instabilité nécessaire pour permettre à l’imagination de surgir.

Le passage en studio a tendance à gommer un peu de cette présence d’une performance sur scène. Mais cet enregistrement permet de se faire une opinion sur une musique qui se veut une musique de notre présent avec ce qu’il suppose d’ombres sur notre avenir prévisible.

Issachar : Au coin, Petit Label, disponible sur www.petitlabel.com, tirage limité à 100 exemplaires